• QUAND LA FEMME EST GRILLAGEE , TOUTES LES FEMMES SONT OUTRAGEES ! Pierre PERRET

dimanche 13 janvier 2013

LECLERC AULNOYE-AYMERIES

LE « CHANTIER DU SIÈCLE » À AULNOYE-AYMERIES 

Dans 9 mois, un vrai centre commercial en centre-ville


Situés en plein centre-ville d'Aulnoye-Aymeries, les travaux de construction du centre Leclerc avancent. Les incontournables intempéries hivernales et une pollution du sous-sol ne devraient pas trop retarder le chantier de l'hyper dont l'ouverture est prévue à l'automne 2013.
 Le réservoir Sprinkler prend forme; il se trouvera sous le restaurant dont la construction démarre prochainement. Voici la surface du niveau zéro, là où vous pousserez votre chariot dans le nouveau hypermarché Leclerc.


Le centre-ville d'Aulnoye-Aymeries est en pleine transformation. Après la démolition de commerces et d'habitations, l'espace compris entre les rues Jean-Jaurès, Gabriel-Péri, Émile-Zola et la place Matisse était devenu un vrai désert urbain. Puis les engins de terrassement sont entrés en action, avant de laisser la place aux coffreurs, bancheurs et autres maçons qui s'affairent depuis sur un vaste chantier que surplombe une grue impressionnante.
Il y a quelques semaines encore le lieu ressemblait un peu à la champignonnière d'un géant. Les « champignons » - ou « poteaux tulipes » comme on appelle les poteaux de béton coiffés d'un chapeau conique - s'étendaient encore à perte de vue sur le chantier aulnésien. On apercevait alors le niveau «  -1 », là où les clients gareront leur voiture avant de faire leurs courses. Si on ne les voit plus, ces « champignons », c'est parce qu'ils soutiennent aujourd'hui la dalle du rez-de-chaussée, c'est-à-dire le sol du magasin Leclerc, là où les clients pousseront, « demain », leur chariot entre les rayons.

180 poteaux, 387 pieux

Quelque 180 poteaux tulipes ont été réalisés. « Certains ont été faits en un seul morceau, d'autres - disons les deux tiers - ont été assemblés sur place » précise le chef de chantier Bertrand Buy. Il ne reste plus qu'à retirer les cylindres en carton rouge qui ont servi de moules. « Pour l'instant on les laisse, le carton protège le béton ». Rappelons ici que la stabilité du terrain est assurée par l'enfoncement de pas moins de 387 pieux.
Mais commençons notre parcours avec Bertrand Buy de l'autre côté du chantier, près de la place Matisse, à l'endroit où on construit un réservoir Sprinkler  : une réserve d'eau pour lutter contre les incendies. « Les prémurs sont montés ; il n'y a plus qu'à couler le béton explique M. Buy. Puis à poser une bâche étanche qui retiendra l'eau ». 
Le « Sprinkler » sera surmonté d'une cafétéria de 529 m².
Juste derrière on aperçoit ce qui deviendra l'espace culturel et technologique (surface 910 m²).
Le parking souterrain s'étendra sous l'ensemble des constructions en surface, son sol sera réalisé en enrobé. Depuis la réalisation du plancher qui forme à la fois le sol du magasin et le plafond du garage, ce dernier est devenu une véritable forêt d'étais - qui, une fois retirés, laisseront aux seules «  tulipes » le poids de la construction.

Pollution

Montons d'un étage. Nous voilà au niveau  zéro. Côté rue Jean-Jaurès c'est le rez-de-chaussée. Une vaste dalle de béton - « épaisse de 28 à 35 cm selon les endroits » - s'étend devant nous. 
Quelque 3 300 m² rien que pour l'hyper Leclerc. 
Au milieu de la dalle nue aux allures de patinoire, il reste un trou, remarquons-nous. « C'est normal. Comme on est plutôt à l'étroit sur ce chantier (lire aussi ci-contre) il faut laisser un accès aux engins qui emmèneront des éléments pour la structure au-dessus  » précise Bertrand Buy.
Un chantier qui avance comme prévu ? Pas tout à fait. Si l'ouverture en 2013 ne fait pas de doute, les travaux ont pris du retard. Les intempéries (neige et gel) qui ont nécessité l'arrêt des travaux à plusieurs reprises la semaine dernière ?
Non, si le chantier affiche un retard d'environ deux mois par rapport au calendrier initial, c'est à cause d'une pollution du sous-sol aux hydrocarbures.
Celle-ci a été découverte à l'endroit où se trouvaient les cuves de la station service du supermarché Super U. Quelque 13 500 m³ de terre ont été évacués pour être traités par une entreprise spécialisée. Par chance, la pollution n'aurait pas atteint la nappe phréatique.  •

PAR RUFUS DE RIDDER rderidder@lavoixdunord.fr PHOTOS « LA VOIX » 
----------------------------------------------------------------------------------------------
RAPPEL :

Aulnoye-Aymeries : l'hyper Leclerc attendu pour novembre 2012 au plus tard

Vendredi, lors de la cérémonie de voeux d'Aulnoye-Aymeries, le directeur régional de la coopérative Leclerc Bernard Le Côme a détaillé le futur projet de l'hyper en centre-ville. Il s'est avancé sur un début de chantier pour le second semestre 2011. « Il faut ensuite 14 mois de travaux. 
Nous ouvrirons au plus tard en novembre », a déclaré M. Le Côme.
Le centre commercial offrira 4000 m² d'hypermarché, 1000 m² dédiés à un espace culturel et technologique, 500 m² de restaurant, une quinzaine de cellules commerciales et un hôtel.
la Voix du Nord  
---------------------------------------------------------------------------------------------------------




Création Leclerc + Galerie marchande Aulnoye Aymeries

Dans le cadre de votre développement, nous vous proposons un emplacement dans la galerie du futur centre commercial Leclerc d’Aulnoye-Aymeries.
(agglomération Maubeuge Val de Sambre / 100.000 habitants).

Ce projet de 14.000 m² implanté en plein centre-ville sera articulé autour d’un hypermarché Leclerc de 3.300 m², d’un Espace Culturel de 500 m² et 500 m² d’Arts de la Table.

La Galerie sera composée d’une vingtaine de boutiques. 

L’ouverture est prévue pour septembre 2013.


Création Leclerc + Galerie marchande Aulnoye Aymeries

Création Leclerc + Galerie marchande Aulnoye Aymeries

  • Secteur :
    Art de la table - Articles cuisine, Articles de sport, outdoor, Bijouterie, bijouterie fantaisie, horlogerie, Boulangerie, pâtisserie, Cadeaux, jouets, Cafés, Epicerie fine, produits régionaux, thés, Chaussures, Chocolat, confiserie, glace, Clubs de sports, de loisirs, Esthétique corporelle, Fleurs, matériels de jardin, Hi-Fi, son, vidéo, photographie, téléphonie, electroménager, Lingerie, Maroquinerie, voyage, accessoires, Mode enfantine, Prêt-à-porter, Produits bio et naturels, Produits de beauté, parfumerie, santé, diététique, Salons de coiffure
  • Région :
    Nord Pas de Calais
  • Ville :
    Aulnoye-Aymeries
  • En vente :
    Location, droit au bail
  • Prix :
    A partir de 250 € / m² / an
    Annonce parue sur :
    http://www.observatoiredelafranchise.fr

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------
INFOS source bulletin municipal ( quelques différences à noter! et peut être beaucoup d'humour ......)
Affaire à suivre !
Transformation du centre ville


L’installation de l’enseigne Leclerc en centre ville, symbole de la rénovation en profondeur du cœur de ville, est attendue impatiemment par la population. 
C’est le projet dont tout le monde parle dans l’Agglomération et au-delà. Il faut dire que tout le centre ville va bouger d’ici à juin 2013 ! "L’objectif est que tout le monde n’aille pas systématiquement sur Auchan ! 
Que celui qui me dit qu’il y a du monde le samedi dans Aulnoye m’appelle !"

Une étape et non la moindre a été franchie en avril 2011. 

En effet, la commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) a donné son feu vert au projet. 
Et quel feu vert ! Un "oui" à l’unanimité. "Avec en sus les compliments du préfet et de la commission, croyez-moi c’est exceptionnel !", sourit Bertrand Le Côme. Le professionnel sait de quoi il parle. C’est lui qui a investi 26 millions d’euros pour donner à la ville de Saint-Amand-les-Eaux, un Leclerc nouvelle génération et surtout très écolo. Un peu à l’image du projet qui attend les Aulnésiens. La CDAC en donnant son accord a déclenché dans la foulée le dépôt des permis de construire. Les premiers signes de la transformation du centre ville ont été la déconstruction du magasin Super U et de l’ilot "Ouragan".

Un centre refait à neuf depuis l’actuelle rue piétonne jusqu’à la rue de l’hôtel de ville
Outre le centre commercial, un nouvel espace piétonnier de 2000 m2 sera construit. Il abritera une quinzaine d’enseignes. Deux parkings verront également le jour. L’un souterrain de 300 places, l’autre de 680 places sur 3 niveau derrière le Calumet. Ce dernier accueillera, notamment les usagers du train. Pendant la durée des travaux, les 300 places sous vidéo surveillance du parking de la Marbrerie et la mise en place d’un périmètre de stationnement en zone bleue seront d’un grand secours même si comme le reconnait Bernard Baudoux : "La vraie problématique, ce sont les travaux. Mon objectif est que vous ayez le moins de problèmes possible mais il faut qu’on y passe".

A Aulnoye-Aymeries, la rue piétonne (qui sera recouverte mais par fermée) fait, elle aussi, partie intégrante du projet. Enfin, les axes, du pont SNCF en passant par la rue Jean Jaurès et jusqu’à l’Hôtel de ville, sont en cours de réaménagement par le conseil Général (RD33) et l’AMVS. Le tout à l’image du Vieil Aulnoye. "On avance séquence par séquence. Comme on l’a fait de Simply Market à la Place Michel Mille".

L’investissement pour la réalisation du centre commercial sera entièrement porté par Leclerc
Autre point abordé : le sort des salariés de l’actuel Super U (fermé le 9 septembre 2011). "Tous ont été repris. Pendant les travaux, ils sont répartis dans les trois Leclerc les plus proches pour s’imprégner de nos méthodes. Je précise que chez nous, 25 % des bénéfices sont reversés aux employés", expliquait Bertrand Le Côme au personnel de Super U venu à sa rencontre. Reste la question du financement, Bertrand Le Côme confirme : 

"Les 20 millions d’euros nécessaires sont apportés par un investisseur privé (Laurent Raverdy ) voir ci-dessous son interview)
Il reçoit l’aide de la coopérative Leclerc".  
L’agglomération Maubeuge Val de Sambre, le Département et le Syndicat mixte financent les autres travaux nécessaires.

Une locomotive en centre ville
C’est une évidence, l’arrivée de Leclerc en centre ville devrait véritablement booster ce secteur, le rendre plus attractif, plus animé, plus convivial. Ce projet est très attendu et ce n’est pas le Président de l’Union Commercial d’Aulnoye Dynamic, Laurent Lagrené, qui dit le contraire : "En tant que président, je pense que cela va être intéressant d’avoir Leclerc, notamment parce qu’il pourra s’intégrer dans notre association pour nous donner un coup de main et nous aider à faire face à nos difficultés… ça va apporter un grand bien".

Du côté de Leclerc c’est l’enthousiasme
Pour Bertrand Le Côme, le Directeur Régional de la Coopérative Leclerc, qui mène ce projet avec la municipalité : "Aulnoye-Aymeries ce n’est pas le hasard. Premier constat, l’enseigne Leclerc n’est pas du tout présente dans le sud du département du Nord. Nous avons été amenés à rencontrer un certain nombre d’élus de décideurs politiques de la région et immédiatement le courant est bien passé avec Bernard Baudoux. C’est un homme de conviction qui a su tout de suite nous intéresser à son projet de rénovation du coeur de ville. C’est un magnifique dossier qui demain peut faire exemple en France. En effet, l’implantation en centre ville d’une galerie marchande à ciel ouvert, d’un espace culturel, d’un restaurant et à terme d’un hôtel est inédite. Notre enseigne et son "chef d’entreprise indépendant" vont participer pleinement à la vie associative, particulièrement à l’union des commerçants. De plus, le magasin favorisera les producteurs locaux". Lorsque l’on voit les images du projet imaginé par les deux architectes de l’enseigne Leclerc (voir ci-dessous),
Ce projet de transformation du centre ville sera l’aboutissement de dix ans de travail de vos élus et techniciens. 
Il recueille un sentiment de fierté chez les aulnésiennes et les aulnésiens !  
"Rêver tout seul, c’est bien, mais rêver à plusieurs c’est déjà une réalité !" Dixit Bernard Baudoux.

Interview (septembre 2012) > Laurent Raverdy, 43 ans, marié et père de deux enfants. Il investit 20 millions d’€ pour construire le centre Leclerc d’Aulnoye-Aymeries

« Je suis originaire d’Aulnoy-lez-Valenciennes, ce qui n’est pas très éloigné de votre ville. Je dirige le centre Leclerc d’Hazebrouck depuis 2002. Avant, je dirigeais celui de Bailleul. Ma carrière chez Leclerc a commencé en 1988 comme employé de commerce. Puis, j’ai été chef de rayon, directeur adjoint et enfin directeur. Pour le projet d’Aulnoye, mon épouse, Séverine sera responsable du secteur textile. »



Comment êtes-vous arrivé à la tête de ce projet ?
« Chez Leclerc, nous fonctionnons par parrainage. J’étais sur un dossier sur Calais qui traînait depuis une dizaine d’années et ce projet s’est présenté. Ma candidature a été retenue. Dès le début, Bertrand Le Côme, directeur régional, a vraiment porté ce projet et Bernard Baudoux, le maire de votre ville, s’est énormément battu. Je les en remercie. »
Avec ce projet en centre ville, vous êtes un peu un précurseur. ce n’est pas trop risqué ?
« Ce projet est atypique mais c’est un très beau challenge
Il faut être ambitieux et franchement, j’y crois. C’est vrai qu’en discutant à droite, à gauche, on constate qu’il n’y a quasiment pas d’autres dossiers de ce type en France. C’est novateur, ça me plait »

Vous pouvez nous décrire « votre bébé » ?
« On aura 3300 m2 de surface de vente, un espace culturel accolé à l’hyper de 1000m2, une parapharmacie et un optique Leclerc. Sans oublier une cafétéria de 500 m2 que nous mettrons en location. 

Enfin, viendra s’ajouter une douzaine de boutiques en location dans la future galerie. Nous avons bien sûr déjà des prétendants mais rien n’est entériné. On préfère attendre que le chantier soit plus représentatif mais c’est de très bon augure. »

Le timing des travaux est-il respecté pour l’instant ?
« Les gens ont sans doute l’impression que rien ne sort mais c’est normal tout est en dessous pour l’instant. Nous sommes dans la phase capitale qui assurera le soutien du centre. Ensuite, on verra ce que réserve l’hiver mais pour l’heure, nous comptons ouvrir en juin 2013. S’il devait y avoir un retard, ce serait pour fin août-2013. »

Depuis l’évocation du Leclerc, la ville voit arriver de nombreuses demandes commerciales. crêperie, fleurs, boulangerie, restaurant… qu’en pensez-vous ?
« Si on peut servir de locomotive, c’est très positif. Le centre ville, le Leclerc, le commerce local…, tout cela forme un ensemble. 

Je pense aussi à la démographie et au développement de la ville. Tout cela ne peut être que positif. »




----------------------------------------------------------------------------------------------------

RAPPEL SUR LA COMPOSITION DE LA C.D.A.C.

Commission départementale d’aménagement commercial 

Présidée par le Préfet qui ne prend pas part au vote , 

la CDAC est composée de huit membres  
(cinq élus locaux et trois personnalités qualifiées
en matière de consommation, de développement durable et d’aménagement du territoire)


Composition en ce qui concerne LECLERC AULNOYE :
M.Bernard BAUDOUX (Maire Aulnoye-Aymeries) , 
M.GANDIBLEUX (Bachant),
M.BORTOLUS (Pont sur Sambre),
M.Jean KIEFER (pour Maubeuge),
M.BOUSSEMART Gérard (Conseiller général Seclin),
M.Daniel CHENARD (Consommation-retraité Directeur Régional de la concurrence de la consommation ), 
Mme Dominique MONS (Aménagement territoire-Enseignant chercheur à l’ENSAP de Lille)
La personnalité collège développement durable était excusée.
A savoir qu'il fallait 4 avis favorables sur 7 .


A noter qu'il faut considérer un conseiller général de Seclin comme élu local ....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire